Contacter le mouvement :


Contacter les gestionnaires du blog :
mouvement.montpellier@gmail.com



mercredi 28 novembre 2007

Parodie de démocratie

Communiqué de Sud étudiant
Transmis par ben

Lundi 26 novembre, le Président de l’Université Paul Valéry a convoqué un Conseil d’Administration extraordinaire afin de décider de la conduite à tenir dans les journées à venir face à la mobilisation étudiante qui s’organise. Les élu-es enseignant-es, étudiant-es et des personnels, filtré-es par des vigiles, ont pu accéder à une réunion sous haute vigilance. Les mêmes qui attaquent régulièrement les principes de démocratie des Assemblées Générales étudiantes et interprofessionnelles ont démontré une nouvelle fois leur vision de la démocratie. Les propositions de débat et de motions à soumettre au vote, portées par des élu-es étudiant-es et enseignant-es ont été rejetées en bloc par la présidence et ses cerbères. Les seules discussions qui furent menées : maintenir la fermeture administrative afin d’entraver la poursuite du mouvement sur l’Université et organiser des poursuites contre des étudiant-es grévistes en Conseil de discipline, sans que l’on ne sache les noms des personnes visées ni les motifs !

Les parangons de la démocratie à la mode Sarkozy ont de même pris le parti d’organiser une réunion dès le lendemain matin avec tous les élu-es étudiant-es et cinq mandaté-es de l’Assemblée Générale pour discuter « de la sortie de la crise ». De même l’administration s’est engagée à organiser une Assemblée Générale des enseignant-es et personnels pour discuter de la réouverture de l’Université. Etonnamment lorsque ces thèmes furent abordés en Conseil d’Administration ils furent rejetés à corps et à cris.

La réunion du mardi ressemblait plus, quant à elle, à un procès politique qu’à une tentative pour trouver une solution à la fermeture administrative. Les mandaté-es du collectif de mobilisation furent la cible de nombreuses accusations et critiques tandis que les responsables d’UFR et les membres de la présidence insistaient sur les principes antidémocratiques du blocage ou des Assemblées Générales. Pas un mot sur la fermeture administrative, les dizaines de milliers d’euros gaspillés en vigiles privés, ou les conséquences ce cette fermeture sur les salaires des vacataires (en chômage technique depuis le vendredi 16 et l’évacuation par les CRS). Pas de réponse non plus quant à notre condamnation de l’intervention policière, la troisième en deux ans sur le campus !

Une seule satisfaction, la réouverture de l’Université, sur des principes peu clairs et l’organisation sans consultation des élu-es et mandaté-es étudiant-es (il n’en a pas été question lors de la réunion) d’une demi-journée banalisée « pour discuter de la LRU » d’après le communiqué de la présidence.

SUD-Etudiant exige, et comme le souhaite le vote de l’Assemblée générale étudiante, la démission du président Jean-Marie Miossec pour sa gestion catastrophique du mouvement de grève, l’intervention policière massive sur le campus et sa volonté de mener des poursuites judiciaires et pénales à l’encontre des grévistes.

Nous exigeons de même qu’aucune poursuite ne soit menée contre les grévistes, étudiant-es et non-étudiant-es, manière détournée de poursuivre la politique du gouvernement de casse des mouvements sociaux par la répression et la violence.

Nous exigeons que les heures de vacation supprimées par la faute de la présidence, pour les salarié-es précaires enseignant-es, étudiant-es et personnels soient versées. Il est intolérable que le Président, sur sa propre décision, puissent aggraver les conditions de vie de travailleurs-es déjà très difficiles.

Enfin nous rappelons à la présidence la légitimité des Assemblées Générales face au simulacre de démocratie des Conseils d’Administration et des réunions organisés par leur soin. Nous invitons les enseignant-es, étudiant-es et personnels à venir nombreux et nombreuses aux Assemblées Générales organisées jeudi afin d’impulser une nouvelle dynamique au mouvement.

20 commentaires:

Anonyme a dit…

"Nous exigeons de même qu’aucune poursuite ne soit menée contre les grévistes, étudiant-es et non-étudiant-es," ????????????????????????????????????????????????????????????
Euh............ Oui mais pour faire grêve il faut un job non ? ben pour etre gréviste à la fac il faut etre étudiant... Le genre de petite nuance qui peut rendre une plaidoirie totalement ridicule.

ps. Pas la peine de répondre oui oui je sais néonazi etc

Anonyme a dit…

???

Je ne comprend pas ce que tu dis. Non tu n'est pas néonazi et les gens qui disent ça, perso je ne cautionne pas ce qu'ils disent.

Pour ce qui est de la grève à la fac oui en soit il faut être étudiant cependant la fac est un lieu de savoir, de ce fait toute personne qui souhaite acquierir du savoir est la bienvenue à la fac. De plus un grand nombre de gens sont inscrits à la BU et pas à la fac, qu'ils soient chomeurs, travailleur, retraités...

Et oui, il n'y a pas que des étudiants à la fac et ces personnes elles aussi sont concernés par l'avenir de la fac.

Anonyme a dit…

"Oui mais pour faire grêve il faut un job non ?"
je crois même que c'est inscrit dans le code du travail...
Donc, si on continue dans cette logique, les lycéens n'ont pas le droit de grève, même s'ils ont le droit de manifester!!!

Gna a dit…

Pourquoi refusé qu'une plainte soit deposer contre ceux qui ont degradé la fac? ça me semble normal.

Vanessa a dit…

"Pourquoi refusé qu'une plainte soit deposer contre ceux qui ont degradé la fac? ça me semble normal"

Il faudrait arrêter de généraliser aussi... Il y en a quelques uns qui ont dégradé et dessuite ca se transforme en "les bloqueurs ont degradé"... C'est hallucinant.

Et pour ce qui est du fait de dire, que la plupart n'était pas des étudiants, je pense qu'il aurait fallu venir aux AG ainsi qu'a la fac de temps en temps pdant l'occupation quand la fac était ouverte plutot que d'écouter les journaux ;) A partir de là vous auriez pu parler peut être... C'est vraiment trop facile de sortir les phrases toutes faites des journaux...

tom a dit…

Une bonne fois pour toute, je me demande, et vous demande :

A qui appartient la fac Paul Valéry ?

Aux flics ?
Aux vigiles ?
A Miossec ?

Aux profs et aux étudiants ?

Anonyme a dit…

euh oui mais si vous suivez bien au lieu de faire de la désinformation la proposition est de porter plainte contre les dégradeurs et non pas contre les bloqueurs. Que les dégradeurs soient pour ou contre la loi, le blocage ou meme inscrits. Donc arrétez un peu, et référez vous au communiqué de mardi

Anonyme a dit…

parceque vous savez bien que M. miossec est un homme de confiance ...

Mtp3 a dit…

"porter plainte contre les dégradeurs et non pas contre les bloqueurs."

Il n'y a pas de caméra dans l'amphi A et les bloqueurs n'ont pas vu les gens qui taggaient donc comment l'administration sait contre qui porter plainte ? Selon moi il s'agit d'un moyen détourné de repression et ce seront surements des gens du mouvement qui seront accusés à tort !

taco a dit…

A propos de l'interpellé d'hier mardi après-midi, et pour toutes celles et ceux qui risquent d'etre emmerdés par la justice dans les heures et jours à venir :

Pour une éventuelle demande de soutien (avocat, soutien financier, conseils...), contacter sur Montpellier :

kalimerosouslesoleil@no-log.org

Gna a dit…

Vanessa : à aucun moment j'ai dit bloqueur = degradations. Je suis pour deposer une plainte contre ceux qui ont degradé la fac, pas contre les bloqueurs en general. Evidemment je ne souhaite en aucun cas que des gens soient accusés à tord.

tom et taco et vtl a dit…

Chers amis étudiants, une fois de plus je vous trouve bien timides dans vos réactions. Pourquoi ne proposez-vous pas carrément que l'on envoie directement au bagne à vie les trois ou quatre méchants totos qui ont barbouillé les murs de votre fac avec trois pauvres tags ?
A coup sur, vous y gagneriez en "CREDIBILITE" !

Gna a dit…

Tu sais moi je m'enfous à la limite des degradations je les ai pas vu et je les verrai pas. Mais je trouve nul que l'on s'oppose à une plainte qui semble logique : on degrade un lieu publique on a des ennuies, logique et c'est la meme pour tout le monde en plus c'est fou.En plus si c'est pas des bloqueuers, je sais pas qui defendent ceux qui n'ont pas voté pour la plainte.

Anonyme a dit…

Et le gars ira en tôle pour un peu de peinture sur un mur...

Vous trouvez pas la réaction disproportionnée?

Vous me répondrez "ça coute cher"...
mais passez moi un carsher, je vous les enlève gratos moi les tags!

pollux a dit…

"parodie de démocratie" ?

J'aimerais bien voir ce que ça donnerez une université dirigée par des étudiants comme vous...

Vous vous pensez "libertaires" et vous êtes, DANS LES FAITS, plus autoritaires et réactionnaires que ne peut l'être le pouvoir en place !

Comme vous vous savez une minorité, mieux vaut ne pas faire de vote !

Lorsque des syndicats comme SUD écrivent "les votes à bulletins secrets sont anti-démocratiques", je me demande si vous avez bien toute votre tête...

Mais je conseille d'aller faire un ptit tour en Russie, en ce moment, je suis sûr que ça vous plaira.

pollux a dit…

En ce qui concerne les tags:

Je tagguais moi aussi... lorsque j'avais 16ans. Bizarrement, depuis ça m'a passé...

Mais à un moment donné, même lorsque qu'on est un ado post pubère, lorsqu'on fait une connerie, on en assume les conséquences.

C'est pareil pour les mecs qui se prennent pour des révolutionnarios guevariens : lorsqu' ils bloquent une fac à 80, empêchant par la force 10.000 étudiants de se rendre en cours, ils assument leurs actes.

Anonyme a dit…

au moindre incident miossec (mouillé) RE FERME administrativement la fac !

Anonyme a dit…

Je ne vois pas dans le communiqué "les votes à bulletins secrets sont anti-démocratiques".

Après l'on peut penser ce que l'on veut de SUD-Etudiant, je pense que ses militant-es assument leurs positions et leur vision de la démocratie.

Quand le communiqué traite des réunions anti-démocratiques, ce sont celles organisées par la présidence (CA et autres) où nos motions sont refusées sans vote, nos propositions ne sont pas discutées et la présidence rajoute sans le noter à l'ordre du jour et en modifiant par la suite la motion au sujet des conseils de discipline.

Ben, militant à SUD-Etudiant

tom a dit…

Petites questions à Ben B. (ou quelqu'un d'autre) de la part d'un non-étudiant qui s'intéresse beaucoup au mouvement étudiant actuel sur Montpellier :

SUD-Etudiant est-il aujourd'hui officiellement reconnu par l'administration de Paul Valéry comme un syndicat représentatif ?

SUD-Etudiant a-t'il des élus au CA de Montpellier 3 ? Et si oui, combien ?

Enfin, connait-on les raisons, fondées ou non, et l'origine de cette "calomnie" lue et entendue ici et là : "Ben, ce félon de SUD" ?

Mtp3 a dit…

oui sud est représenté au CA par 1 représentant