Contacter le mouvement :


Contacter les gestionnaires du blog :
mouvement.montpellier@gmail.com



jeudi 15 novembre 2007

Interpellations à Montpellier

Lundi à l'Université Paul Valéry le blocage a été voté avec une large majorité du millier de personnes présentes. Depuis les locaux sont occupés.

Hier, les étudiants de Paul Valéry ayant appelé à rejoindre les cheminots dans leur combat,
plusieurs centaines de personnes étaient là. De très nombreux CRS également. Une délégation de cheminots étaient accueillie à la préfecture ( représentants CGT, CFDT, FO, SUD). Dehors, étudiants et salariés attendaient calmement.

Il y eut un peu de tension lorsque personnes opposés au mouvement étudiant, se sont approchés du rassemblement et faits interrogés par un journaliste. Quelques coups ont fini par partir entre deux personnes. De nombreuses personnes présentes ont retenues l’homme qui tentait de chasser les étudiants de droite. Quelques CRS ont fini par reconduire sans violence les deux étudiants qui troublaient la manifestation...

Un peu plus d’une heure plus tard, la délégation sort de la préfecture, y fait son compte rendu. La manifestation est alors dissoute.

C’est alors (coup classique) que des flics ont arrêté trois personnes. Parmi ces trois jeunes, celui qui avait tenté de cogner les militants de droite et un autre qui l’avait retenu. A 12h30 ce mercredi ont eu lieu les premières interpellations de montpelliérains dans ce mouvement qui commence à peine. Il semblerait, vu la tension actuelle, que ce ne seront pas les derniers.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

si c'est la meme personne qui agresse régulièrement un militant de l'uni je vois pas le problème. c'est à cause des chiens de garde de sud et de sud que le mouvement va sombrer tres rapidement

Mtp3 a dit…

Le problème est surtout que les militants de l'uni sont tout les temps dans la provocation. Je me rappelle il y a deux ans une manifestation de 7 ou 8000 en face de laquelle s'était assemblée une dizaine de militants de l'uni cachés derrière les CRS. C'est toujours la même choses avec l'UNI, ils provoquent la violence... Est-ce qu'on va les chercher dans leurs locaux pour les provoquer nous ?

Anonyme a dit…

ok tu cautionnes, c cool, mais moi c'est pas ma tasse de thé, pourtant jsuis à gauche. mais comme dirait Voltaire..je me battrais pour tes opinions même si je ne suis pas d'accord avec. alors vos méthodes extrémistes, ça empêch grave l'union, j'en suis la preuve, j'ai pas envie de vous soutenir

Mtp3 a dit…

Je ne cautionne pas ! Je ne suis absolument pas pour les actes de violence mais il est vrai que la provocation enerve, surtout lorsqu'elle est incessante. Pour autant je ne dis pas qu'il fallait faire preuve de violence, le problème est que deux personnes qui n'ont rien fait on été interpellées, y compris une de celles qui avait tenté d'empecher la bagare. On ne peut pas dire que ce soit juste. Et pour ce qui est de voltaire la citation est plus proche de "je ne suis pas d'accord avec tes opinions mais je me battrait pour que tu puisse les exprimer". Je complèterais par celle ci "La discorde est le grand mal du genre humain, et la tolérance en est le seul remède".
Pour ce qui est des méthodes extrémistes tu ne peux pas caricaturer un mouvement au comportement de certains individus.

lambichou a dit…

Les trois étudiants ont été relachés dans l'après-midi sans aucune poursuite judiciaire. Je suis d'accord qu'en cognant sur les étudiants de l'UNI, on ne fait que confirmer la réputation de grosse brutes qu'il se plaisent à nous donner pour discréditer le mouvement. La mailleur façon de vaincre, c'est l'argumentation, pas les coups.

Tom a dit…

Il y a un temps pour tout. Un temps pour les débats, les palabres, les discussions entre personnes intelligentes, et un temps pour l'action. Il y a ainsi des gens avec qui il n'est plus l'heure de discuter. Inutile de débattre avec les petits fachos de l'UNI, la bonne baffe dans la gueule me semble le seul argument valable face à ces crapules.
Bravo aux camarades d'ARS Combat. Et meme si ces derniers envisagent de s'en prendre "plus tard aux totos", (nous en reparlerons, mais qu'ils soient tout de meme prudents, tout costauds qu'ils sont, ils pourraient alors aussi se manger quelques pains...), en attendant, bravo à eux !