Contacter le mouvement :


Contacter les gestionnaires du blog :
mouvement.montpellier@gmail.com



vendredi 21 décembre 2007

Boite à idées

Une adresse email a été créée spécialement pour recueillir vos idées sur la mobilisation et les formes qu'elle doit prendre. Toutes les idées sont les bienvenues.

mtp3.boite.a.idees@gmail.com

34 commentaires:

Anonyme a dit…

http://artsengreve.blogspot.com/2007/12/les-actions-les-idees.html

Anonyme a dit…

on organise avec toutes les autres facs mobilises et tous les profs et personnels un grand sitting devant l'Elysse.

Anonyme a dit…

Salut, quand je parlais de supprimer le messages je parlais de celui de 05:33
:(

Anonyme a dit…

J'ai une idée :
Si vous arrétez vos conneries un peu non? Il serait temps de grandir un peu.

Laura A a dit…

c'est une super idée, bravo!!

Anonyme a dit…

l'idee qui a ete lancee dans un autre post de creer des comite de reflexion sur une autre reforme de l'enseignement superieur est plutot bien je trouve.

Anonyme a dit…

en français:
http://www.3boom.net/streetparty/

en anglais:
http://rts.gn.apc.org/sortit.htm

mickey mouse a dit…

violons miossec!

fpa a dit…

La LRU étant toujours là, nous ne voyons aucune raison objective pour que les étudiants, lycéens, profs et personnels qui exigent l'abrogation de cette loi cessent leur juste combat.

Donc rendez-vous en janvier, février, mars... pour de nouvelles assemblées générales, d'éventuels nouveaux blocages de facs et de lycées... et ce jusqu'à l'abrogation de la LRU !

Casseurs de grève, jaunes et neuneus de tout poil, ne vous réjouissez pas trop vite, notre détermination contre la Sarkaille, son gouvernement et ses lois, grandit de jours en jours.

vive les bloqueuers a dit…

Articlze wikipedia Jean Marie (le pen) mioSSec

Jean-Marie Miossec
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, Rechercher
Cet article est une ébauche à compléter concernant une personne, vous pouvez partager vos connaissances en le modifiant.

Jean-Marie Miossec est professeur des universités en géographie-aménagement et actuellement président de l'Université Paul Valéry de Montpellier.


Président de l'Université Paul Valéry depuis le 15 avril 2003, Jean-Marie Miossec est également responsable du Master "Activités et aménagements littoraux et maritimes" et co-responsable du Master « identité et territoires en Méditerranée et Orient ».

Lors du mouvement contre la loi LRU en novembre et décembre 2007 et après deux évacuations par les forces de l'ordre, il décide à deux reprises la fermeture administrative de son établissement. Cette action fut assez critiquée dans la communauté universitaire. Il organisa un référundum encadré par 150 CRS qui reprimèrent les bloqueurs qui appellaient à boycotter ce vote. Nous lui devons 4 interventions de CRS en 2 ans.

Anonyme a dit…

SUICIDE COLLECTIF!

Kadhafi a dit…

vous êtes encore là ?
Mais c'est pas vrai bande de racailles, ce site devrait être fermé depuis longtemps et vous devriez être en train d'étudier, bandes de peigne-culs dont les bourses sont payées par les travailleurs !

âne au Nîmes a dit…

bloqueurs ET fascistes de gauche HORS DE NOS FACS !

Rendez-vous en janvier pour virer tous ces rats sangsues de NOTRE fac Paul Valéry !

Carla Bruni a dit…

Mais oui ! ce blmog ne devrait pas être encore ouvert, ou du moins pas ouvert sur le thème du mouvement étudiant. Il ne s'agit plus que d'un lieu d'insultes entre quelques anti-bloqueurs aigris et un quarteron de nazillons soit disant de gauche. le mouvement est fini ! les études doivent reprendre le dessus. et si les flics sont nécessaires, faisons les intervenir, en civil ou pas.

Simeon le stylite a dit…

Bien dit !

Il est désormais interdit de penser différemment à la fac, sur les blogs et... dans vos cerveaux ?

Non mais !

Carla Bruni a dit…

euh.. Siméon attention dans le choix du pseudo !
Pense que la plupart des neuneus qui s'activent sur ce blog ne va pas en cours (ni à la BU). Ils n'ont même pas lu Trotsky dans le texte. Alors ils ne risquent pas d'avoir le bagage culturel pour connaître Siméon stylite. A la limite peuvent-ils croire qu'il s'agit d'un styliste car ça ils en attendent parler dans les émissions TV qu'ils regardent. Attention donc, tu ne t'adresses pas à des étudiants de prépas qui préparent l'avenir intellectuel de la France, mais à quelques écervelés qui, ne connaissant pas Proudhon et encore moins les stylites et autres gyrovagues pendant qu'ils sont en train de créer des idées nouvelles dans un monde jusqu'alors... fasciste ! lol
;-) Eh oui l'université est en déclin. L'étudiant moyen n'y réfléchit que de mi septembre à mi novembre pour le 1er semestre. Quant au second, attendons de voir combien de semaines ne seront pas "chômées" (pardon... "grevées" lol)
Prends donc plutôt un pseudo people qui leur inspire quelque chose

Anonyme a dit…

Proudhon on en parle en terminale et je te signale que certains ont largement les capacité de faire une prepa et ce sont retrouve à la fac parc'ils n'avaient pas les moyens financiers d'aller ailleurs.

Anonyme a dit…

j'oublais que je souhaite à Saint Simeon une bonne seance de priere sur sa colonne

Anonyme a dit…

trous du cul. ils faut avoir bac plus 10 maintenant pour savoir qu'on vit dans un monde de merde qu'il faut detruire ?

Anonyme a dit…

"Carla" tu fais pitié ...
Utilises donc ta bouche pour satisfaire "Nico" et laisses ce blog tranquille !

niveau 4éme fois 3. a dit…

franchement,on sent bien là,ce pays de merde,à quand la grande guerre entre rien et pas grand chose?
Pardon pour le "pas grand chose" mais on sent comme un air de féfaite dans ce combat d'une minorité qui comprend dans quelle merde elle se trouve,la solution est chez la mojorité qui ne s'exprime pas....
Un àne,âne,anee qui n'est jamais passé par l'enseignement supppperi.....Et bien sur un grand FUCK aux républiques de bannnannnes.A+ les Amis.

Fourmi de mouche a dit…

Fourmi de mouche

Anonyme a dit…

Tu sais chère Carla, avoir un certain recul politique et critique, une volonté d'engagement social et des idéaux n'est en rien incompatible avec les capacités d'analyse, la culture, et l'intêret pour les études.
On m'a souvent dit que la culture c'est comme la confiture, moins on en a, plus on l'étale. Et bien il me semble que tu illustres à point ce sympathique dicton. Etaler sa culture c'est plutôt facile, cela revient à recracher ce que l'on a lu. Mais quel interêt? Je suis de ceux qui ont choisi le blocage comme moyen d'action, et je suis engagée depuis le début (ah non, je "chôme" devrais je dire). Et poutant j'ai fais une prépa littéraire, j'ai une double licence (histoire et ethnologie), et j'ai même lu Proudhon et Marx dans le texte. Et oui c'est possible... Et c'est même le cas d'un grand nombre de ces gens que tu taxes d'"écervelés" alors qu'ils ont seulement la décence de ne pas faire d'étalage inutile de leur culture. Ce que l'on appelle la "culture" n'est pas une fin en soi mais nous fournit les bases nécessaires au recul critique, à la réflexion, à l'analyse des rapports sociaux... Ce dont visiblement tu me sembles dépourvue, chère Carla.

Anonyme a dit…

Les rapports sociaux ne consistent pas pour moi en blocage de la fac.
Désolé nous n'avons pas les mêmes critères
Et ne prends pas pour toi ce qui est adressé à la majorité des crétins qui bloquent.
je ne nie pas l'intelligence et la culture de certains. mais la grande majorité (et peut-être même toi, qui te penses si supérieure par ton sens critique et ta double licence) croit qu'on construit un monde ex nihilo en criant très fort dans les manifs et en entravant la liberté de ceux qui travaillent. Eh bien non. Et si tu as un peu réfléchi à l'histoire, tu dois savoir que si nous avons des ordinateurs et une réflexion critique aujourd'hui c'est que nous devons tout ça à des progrès effectués par nos prédécesseurs siècle après siècle. Et si on met un groupe de bloqueurs incultes tous seuls dans la forêt leur unique capacité risque hélas d'être d'organiser une manif. Elle est belle la France créatrice ! Il est trop facile de se barricader dans une fac pour demander à la société active de participer financièrement à votre entretien.

carla bruni a dit…

euh j'ai oublié de signer le précédent post

opinion way a dit…

anonyme de 02H32, tu résumes très bien le fond de ma pensée.
Carla, ne le prend pas mal, mais oui, les bloqueurs ne sont pas des écervelés. Je ne parle pas des bloqueurs uniquement de paul va, mais renseigne-toi, va lire le comité SLR, beaucoup, beaucoup de profs nous soutiennent. Certes, tu vas me dire, comparé au nombre de prof dans l'enseignement supérieur, c'est pas beaucoup à peu près 25 000 signatures de pétitions.
Mais saches que beaucoup de profs sont victimes de pressions diverses ( évolutions de carrière, projets de créations de départements ), provenant de personnes proches du pouvoir au sein des universités, CVU, etc...

Enfin, dans les manifs parisiennes, se greffent des étudiants de l'ENS ( eh oui ), qui, d'après les dires, ne sont pas des écervelés.(à Lyon aussi).

Voila carla, renseigne toi.

carla bruni a dit…

oulala que tu m'apprends des choses
évidemment qu'il n'y a pas des cons dans les ens, mais ceux qui bougent sont mus par des intentions politiques : ils n'admettent pas le choix des urnes de mai dernier.
par contre à la fac ceux qui s'agitent sont pour la plupart assez ignares et ne savent pas faire grand chose d'autre que s'agiter
quant aux pressions subies par les profs je sais bien qu'elles sont réelles, si réelles que beaucoup de profs d'idées plutôt centristes ou de droite préfèrent se taire dans des facs de lettres tenues par la gauche ou en tout cas où la gauche est puissante (je sais Miossec n'est pas de gauche, mais sans le soutien de SUD il n'aurait jamais été élu). Donc à côté des profs anti LRU qui craignent de le dire il y a surtout beaucoup de profs qui meurent d'envie de voir les CRS s'occuper des bloqueurs et de leurs soutiens, mais qui s'écrasent car ils ont une carrière à assurer !
ah ah tu vois je suis pas si ignare que tu croyais

Simeon le stylite a dit…

Entre certains enseignants de l'ENS qui tuent leur femme ou qui se suicident, je préfère la fac. :P


Et je préfère enseigner à des étudiants de fac qu'à des prépas... pour une simple raison, je ne veux pas des machines à apprendre mais des personnes qui réfléchissent (surtout en groupe).

Pour la fac, c'est beaucoup plus complexe... mais au final c'est toujours les étudiants qui perdent.

opinion way a dit…

carla
J'aime bien ta façon de retourner la situation. Je pars de profs anti LRU et pro-blocage, et toi tu arrives aux profs de droite-centre droit qui ont des pulsions repressives.
Pour les étudiants de l'ENS, la LRU est aussi dangereuse pour eux voire plus que pour les étudiants à la fac. La plupart se dirige vers l'enseignement supérieur, donc sont exposés à la loi. L'accusation de politisation de leur mobilisation te contredit : dans ce cas là, l'ENS est aussi un repère à "branleurs", autant que les facs d'après vos analyses. C'est à dire que limiter leur engagement à un refus du vote présidentiel conduit, comme les médias et le gouvernement le font, à ne pas écouter leurs (nos) revendications.
Des étudiants de l'ENS qui se mobilisent, ça veut dire que c'est sérieux, parcequ'on touche au savoir. Si tu crois, avec leur charge de travail, qu'ils ont que ça à faire que de contester un vote, tu te trompes.
Et dire que des facs sont dirigées par la gauche, en tous cas, c'est pas par la gauche radicale qu'elles le sont.

Action Discrete a dit…

http://www.youtube.com/watch?v=lFwwklzKEiM

Simeon le stylite a dit…

La vrai adresse : http://actiondiscrete.fr/

C'est un site canal plus !!!

cock the hamer a dit…

Testez vos connaissances : la sexualité après 50 ans

"Au-delà de cette limite votre ticket n'est plus valable" tel est le titre d'un roman de Romain Gary mettant en scène un homme de 50 ans envahit par la peur du déclin sexuel. Ce déclin est-il inéluctable ? Un quizz pour faire la peau aux idées reçues.





Question 1 : Après 70 ans, un homme ne peut plus avoir de rapports sexuels car il ne peut avoir une érection suffisamment rigide.

Vrai
Faux

Question 2 : Après 65 ans, il est rare qu'une femme ait du désir sexuel.

Vrai
Faux

Question 3 : Dans l'enquête sur les comportements sexuels en France réalisée en 1993, 22% des personnes interrogés (hommes et femmes confondus) âgées de 60 à 69 ans déclaraient avoir eu 15 à 30 rapports sexuels dans le mois précédent l'enquête.

Vrai
Faux

Question 4 : Dans cette même enquête, les hommes et les femmes de 65 à 69 ans ont déclaré une moyenne de 4 rapports sexuels par mois.

Vrai
Faux

Question 5 : Un des signes les plus marquant du début de la ménopause est l'apparition des cheveux blancs.

Vrai
Faux

Question 6 : T.H.S. signifie Traitement de l'Hirsutisme de la Sénescence.

Vrai
Faux

Question 7 : Avec l'âge, la force de l'expulsion du sperme lors de l'éjaculation décroît.

Vrai
Faux

Question 8 : La période réfractaire, période pendant laquelle un homme ne peut avoir une nouvelle érection après une éjaculation s'allonge avec les années.

Vrai
Faux

Question 9 : Le Viagra est une hormone mâle qui redonne de la vigueur aux hommes.

Vrai
Faux

Question 10 : Un homme atteint d'angine de poitrine court, sur le plan cardiaque, davantage de risques lors d'un rapport sexuel avec une nouvelle partenaire que pendant une relation " habituelle " avec sa femme, dans son propre lit.

Vrai
Faux

just4U a dit…

L’insurrection qui vient

Comité invisible

Chaque secteur spécialisé de la connaissance fait à sa manière le constat d’un désastre. Les psychologues attestent d’inquiétants phénomènes de dissolution de la personnalité, d’une généralisation de la dépression qui se double, par points, de passages à l’acte fou. Les sociologues nous disent la crise de tous les rapports sociaux, l’implosion-recomposition des familles et de tous les liens traditionnels, la diffusion d’une vague de cynisme de masse ; à tel point que l’on trouve dorénavant des sociologues pour mettre en doute l’existence même d’une quelconque « société ». Il y a une branche de la science économique - l’« économie non autistique » - qui s’attache à montrer la nullité de tous les axiomes de la prétendue « science économique ». Et il est inutile de renvoyer aux données recueillies par l’écologie pour dresser le constat de la catastrophe naturelle.

Appréhendé ainsi, par spécialité, le désastre se mue en autant de « problèmes » susceptibles d’une « solution » ou, à défaut, d’une « gestion ». Et le monde peut continuer sa tranquille course au gouffre.

Le Comité invisible croit au contraire que tous les remous qui agitent la surface du présent émanent d’un craquement tectonique dans les couches les plus profondes de la civilisation. Ce n’est pas une société qui est en crise, c’est une figure du monde qui passe. Les accents de fascisme désespéré qui empuantissent l’époque, l’incendie national de novembre 2005, la rare détermination du mouvement contre le CPE, tout cela est témoin d’une extrême tension dans la situation. Tension dont la formule est la suivante : nous percevons intuitivement l’étendue de la catastrophe, mais nous manquons de tout moyen pour lui faire face. L’insurrection qui vient tâche d’arracher à chaque spécialité le contenu de vérité qu’elle retient, en procédant par cercles. Il y a sept cercles, bien entendu, qui vont s’élargissant. Le soi, les rapports sociaux, le travail, l’économie, l’urbain, l’environnement, et la civilisation, enfin. Arracher de tels contenus de vérité, cela veut dire le plus souvent : renverser les évidences de l’époque. Au terme de ces sept cercles, il apparaît que, dans chacun de ces domaines, la police est la seule issue au sein de l’ordre existant. Et l’enjeu des prochaines présidentielles se ramène à la question de savoir qui aura le privilège d’exercer la terreur ; tant politique et police sont désormais synonymes.

L’insurrection qui vient nous sort de trente ans où l’on n’aura cessé de rabâcher que « l’on ne peut pas savoir de quoi la révolution sera faite, on ne peut rien prévoir ». De la même façon que Blanqui a pu livrer les plans de ce qu’est une barricade efficace avant la Commune, nous pouvons déterminer quelles voies sont praticables hors de l’enfer existant, et lesquelles ne le sont pas. Une certaine attention aux aspects techniques du cheminement insurrectionnel n’est donc pas absente de cette partie. Tout ce que l’on peut en dire ici, c’est qu’elle tourne autour de l’appropriation locale du pouvoir par le peuple, du blocage physique de l’économie et de l’anéantissement des forces de police.

128 p./7 euros

Anonyme a dit…

http://www.youtube.com/watch?v=lFwwklzKEiM


troooooooop bon la video
du delire
mdr
voila les etudiants blokeurs
mouhahahahahahahahahahahahahahahahahaha