Contacter le mouvement :


Contacter les gestionnaires du blog :
mouvement.montpellier@gmail.com



mardi 22 janvier 2008

Sarkozy, une dangereuse fascination pour la violence virile

Il aime les flics, il comprend la violence des marins-pêcheurs. Et si les seconds provoquent un drame au sein des premiers ?

L'actuel président de la république divise les mouvements revendicatifs en deux catégories.
On trouve en premier ceux des étudiants et des fonctionnaires.
Convaincu qu'ils sont peu appréciés par les Français, Nicolas Sarkozy outrepasse sa fonction en maniant la provocation et l'insulte. Et la machine suit. Des moyens répressifs et judiciaires disproportionnés ont été mis en œuvre par exemple lors des mouvements contre le CPE et la loi Pecresse.

De l'autre, on trouve les marins-pêcheurs et les agriculteurs, qui trouvent eux une attention compassionnelle auprès du Président. On se souvient du discours justifiant les violences de ces corporations.
Pêcheurs et agriculteurs ne boxent pourtant pas dans la même catégorie, c'est le cas de le dire. La violence et les dégats occasionnés lors de leurs manifestations ne sont en rien comparables avec les blocages de fac. Justement.
Nicolas Sarkozy est fasciné par la violence quand elle vient de ce qu'il considère la vraie France. Les gens du labeur (pêcheurs), les secteurs traditionnellement à droite (paysans). Il s'agit d'une violence d'hommes mûrs, de père de famille, une brutalité de groupe, planifée et assumée comme telle. Et toujours symbolique : le vrai peuple contre l'Etat corrompu marionnette de Bruxelles.
Cette violence a toujours paralysé les gouvernements. On se souvient du saccage du ministère de l'Environnement si peu puni sous Jospin. Là encore, symbole : l'écologie, marotte des bourgeois, mise à terre par le "réalisme" des gens de la terre.
Mais Nicolas Sarkozy est le premier à en faire un axe de sa politique.


Invitation à la baston


Et l'homme aime ça. Il aime parader entouré de gros bras à oreillette. Il aime que l'on fasse le vide avant ses déplacements. Petit gabarit protégé par des policiers, il provoque, il humilie. Lors de l'arrestation de membres d'ActUp lors d'un de ses déplacements, en 2005, il s'est tout simplement foutu d'eux. Edifiant. Quand d'autres hommes politiques préfèrent presser le pas accompagné de leur suite, lui restait là, savourant la scène de trois militants maintenus à terre.

Sarkozy devrait se méfier. C'est parce que des CRS ont eu des blessures de guerre lors de manifestations d'agriculteurs, à la fin des années 1990, que leur tenue a été renforcée. Un fonctionnaire avait été blessé à l'épaule par un crochet de boucher.
Souvenons-nous du Parlement de Rennes détruit par les flammes en 1994 par les marins-pêcheurs, et des bâtiments publics régulièrement dégradés partout en France.
Quand il s'agit de lutter contre les violences en banlieue, Sarkozy met le paquet, mais face aux "pères de famille désespérés", une invitation à la baston est un peu court.
Nicolas Sarkozy doit tempérer ses pulsions s'il ne veut pas avoir à payer les conséquences de drames dans le rangs de ses policiers à cause de "violences légitimes" de ces "vrais gens" qu'il drague tant.

Source : Le Post

7 commentaires:

Anonyme a dit…

et oui, quand on ne sait plus quoi écrire comme article , on refait le monde et on critique le président :)

Stop repression a dit…

Quand un président donne comme consigne de tout faire pour empecher les mouvements sociaux il est normal que des gens ne soient pas d'accord...

opinion way a dit…

excellent cet article

Light ov Astaroth a dit…

Anonyme du 22 janvier à 18h13

Cet article ne refait pas le monde, critiquer la méthode Sarkozy est une chose tout a fait normale, et j'en déduit que tu n'a même pas lût l'article...

Alors la prochaine fois que tu posteras, je t'invite à lire l'article en question avant de dire des conneries qui ne font même pas avancer le débat


Cordialement, Light ov Astaroth

Julie a dit…

Putain vous êtes pires que navrants.

Vous êtes inutiles, insignifiants pour la France entière.

J'ai honte pour vous, réelement.
Vous faites pitié, ça frôle le drame Ca me fait plus rire, ça me désole.

Mtp3 a dit…

Julie est-ce qu'on vient t'insulter ? Non ! Alors s'il te plait évite.

Pour ce qui est d'être inutile je pense que notre interet pour l'actualité politique est beaucoup moins inutile que ton commentaire qui ne sert à rien, qui n'est pas argumenté et qui n'apporte même pas un minimum de reflexion !
Donc c'est de toi dont tu devrais avoir honte

quentin a dit…

tiens julie t'es pas la salope qui arretait pas de nous cracher dessus sur ce blog avant les vacances?